Madame Cohen

  • Ecrivain, France

« Tel maitre, Tel chien »

Je l’ai croisé Pour la pre­mière fois, Au détour d’une allée, Au milieu des sous-​bois, foulant à grandes enjam­bée le sol jonché de feuilles mor­dorées. Cela fait désor­mais… Un bon nom­bre d’années ! Ah le bes­tiau ! m’exclamai-je « in petto » !!!… C’est qu’il ne man­quait pas d’allure ! Un vis­age déli­cate­ment ciselé, aux lignes nettes, un cou long, au port élancé, une cage tho­racique légère­ment cin­trée mais de bonne largeur, une sil­hou­ette élé­gante, har­monieuse­ment pro­por­tion­née, con­tribuaient à don­ner à cet indi­vidu une vue d’ensemble toute en harmonie.

Des yeux noisette à l’expression vive, mali­cieuse et aimable, un sourire fugace, qui allait révéler une den­ture saine et robuste, ajoutèrent à mon sai­sisse­ment de ren­con­trer un tel Apol­lon dans ce quartier. Nos regards n’avaient fait que se croiser, nous pour­suiv­îmes cha­cun notre chemin.
Par la suite, il m’est arrivé de l’apercevoir au loin, longeant de son allure car­ac­téris­tique les bords de Can­che, là-​bas, du côté du pilori ; je respec­tais sa réserve, et main­te­nais des dis­tances pru­dentes. Puis au fil des années, et bien qu’il ait déserté le quartier, j’eus la chance de faire plus ample con­nais­sance. J’appris que, der­rière ce physique de jeune pre­mier, se cachaient de nom­breuses qual­ités : gen­til­lesse, vivac­ité, curiosité, fidél­ité, com­plétées par un bel appétit de vivre, et aussi…appétit tout court ! Tout cela lui con­férait un remar­quable équili­bre psy­chique et physique, même si, au cours d’échanges au coin du feu, je crus com­pren­dre qu’il n’en n’avait pas tou­jours été ainsi.
Son com­porte­ment, au milieu de ses con­génères ? Il cohab­ite agréable­ment, est con­vivial avec les amis, adore les prom­e­nades inter­minables, dans la forêt, ou en bord de mer. Il est par­fois un peu envahissant, se man­i­fes­tant bruyam­ment pour qu’on s’intéresse à lui, c’est son petit côté cabochard, puis, dans la minute, dans l’heure, le lende­main, il va se faire tout petit, mod­este et dis­cret, à l’écoute des autres.
Mais… atten­tion ! Il peut aussi faire trem­bler d’un sim­ple regard un inconnu qui dépasse les lim­ites. Que dire encore de lui ??? Je pour­rais décrire sa croupe, bien mus­clée, son museau, rec­tan­gu­laire, mais ce n’est pas là le plus impor­tant.
Comment ? Mais …vous vous méprenez , j’évoquais bien sûr Sam­son le dogue alle­mand, Apol­lon de l’Olympe canine, fidèle com­pagnon, attachant …tout comme Robin, Grisbi , Elvis, et comme tous ceux qui entourent Alain et pour lesquels il n’est point besoin de laisse. Voilà pourquoi on se plait à dire…. « Tel chien, Tel maitre »
S’il est quelque trait à rajouter à la gent humaine représen­tée ici par le sieur Godon, pour com­pléter son por­trait, deux sont incon­tourn­ables et indis­so­cia­bles : sa générosité et sa disponi­bil­ité. S’il faut trou­ver des défauts, désolée … J’aurai besoin de temps pour creuser le sujet………..

Danièle Cohen