Godon hors les murs

  • Date: Mars 2018
  • Media: Les Echos

Godon hors les murs

A

uand un Tou­quet­tois est accueilli par un ex Tou­quet­tois, ensem­ble ils nous emmè­nent au bout du monde… Ils avaient déjà tra­vaillé ensem­ble il y a 18 ans. A l’époque Alain Godon fai­sait déjà du Godon et Patrice Deparpe dirigeait les murs d’un musée plus étriqué que celui du Cateau-​Cambrésis. Cha­cun a con­tinué son par­cours dans l’amour de l’art. Grandi. Et évolué.

Patrice Deparpe a en effet quitté le musée du Tou­quet pour le musée Matisse en 2010 et en pren­dre la direc­tion trois ans plus tard.

Godon n’a, depuis, jamais retra­vaillé sur les “Fig­ures du siècle”…

New York, son ver­tige permanent,est passé par là et l’a inspiré pour longtemps. L’architecture, celle-​là même par qui le goût du dessin est arrivé, allait alors lui per­me­t­tre de devenir “bankable”.

Aujourd’hui, Godon est l’artiste con­tem­po­rain français qui vend le plus et le plus cher. N’empêcheque pour son copain Patrice Deparpe c’est pas suffisant !

Pour celui qui tra­verse les con­ti­nents dans le but de faire éclater la beauté de l’oeuvre de Matisse à la face du monde, Godon en a encore bien plus sous le pied. Il en est per­suadé. Pour le pousser dans ses retranche­ments Patrice Deparpe lui pro­pose, en 2015, d’accoler son nom à celui de Matisse dans le cadre d’une grande expo­si­tion. Ses héri­tiers sont d’accord. A l’instar d’Henri Matisse, Godon aime la couleur et le voy­age. Comme lui il a cro­qué la “grosse pomme”. Comme lui il ira bien­tôt à Tahiti. La thé­ma­tique est toute trouvée.

“Avant l’expo on m’accusait de faire plaisir à un copain, ma plus belle réponse c’est celle de la famille Matisse qui a adoré le tra­vail d’Alain !”

Patrice Deparpe, directeur du musée Matisse

UN P’TIT COIN DE PARA­PLUIE CON­TRE UN COIN DE PAR­ADIS

Pen­dant plusieurs mois Alain Godon, qui avait choisi l’Angleterre pour patrie depuis 10 ans, quitte donc la gri­sail­leam­biante pour toucher du doigt la lumière. Bleue, orange, verte, jaune, vio­lette, rose. Qu’importe, elle est partout, écla­tante à toutes les heures du jour et de la nuit. Et puis il y a la flore mais surtout la faune. Ces poissons-​volants et autres tortues géantes, il va étudier au quo­ti­dien. Sur place pour­tant, Godon ne pro­duira rien d’autres que quelques cro­quis et pren­dra des pho­tos. Car comme Matisse, encore, Godon doit digérer ce voy­age pour savoir quel sens il veut lui don­ner. C’est qu’à Tahiti il n’y a ni bâti­ment ni immeu­ble pour per­spec­tive. Il lui faut donc exploiter d’autres choses. Notam­ment la matière. Rapi­de­ment, à son retour, il va se rep­longer dans la sculp­ture. Les poissons-​volants nais­sent dans l’inox et le bronze… les écureuils, l’aigle améri­cain et les build­ings aussi ! Il se met­tra aussi à tra­vailler le car­ton. Le bois aussi, pour réaliser ce décor fou en pop-​up. Et puis, il y a ce taxi, volant lui aussi, tout droit sorti de l’univers Harry Pot­ter, qui nous emmène de New York à Tahiti en un claque­ment de doigts. Les Tou­quet­tois ne pour­ront s’empêcher d’y voir une part de Tour– Paris-​Plage. Cette voiture échouée sur une plage par­a­disi­aque c’est d’ailleurs sa dona­tion au musée !

PAS UN HOM­MAGE, UNE REVERENCE !

Oscar Wilde a écrit “La car­i­ca­ture est l’hommage que la médi­ocrité paie au génie”. Il n’était pas ques­tion pour Godon de faire une pâle copie des oeu­vres de Matisse pour lui faire un clin d’oeil. Non ! Son clin d’oeil à lui est beau­coup plus sub­til. Il se lit entre les lignes. Dans les cha­sub­les des prêtres devant la cathé­drale Saint-​Patrick…

Mais pour celà, encore faut-​il savoir que Matisse est allé jusqu’à réaliser les vête­ments des prêtres lorsqu’il a conçu la chapelle du Rosaire à Vence. Dans sa série de huit transats aussi. Matisse en avait dess­iné, Godon lui les a fait créer par la Tapis­serie Royale d’Aubusson. Tou­jours en clin d’oeil au tra­vail de tis­ser­rand de Matisse, Godon va pein­dre sur des car­rés de soie… Mais surtout, Godon et Matisse parta­gent les mêmes ter­rains de jeux. Matisse est présent dans presque toutes les toiles de Godon. Et s’il n’y est pas, il est suggéré !

Pour par­venir à ce résul­tat, il aura fallu trois ans de tra­vail à Godon et deux mois d’installation aux équipes du musée. Trois années durant lesquelles l’artiste a oublié tout notion mer­can­tile et a sorti ses tripes. Rassurez-​vous, avec lui, l’accessibilité est tou­jours immé­di­ate. Godon c’est le lan­gage du coeur, celui qui n’a d’autre ambi­tion que d’offrir un peu de bon­heur. L’exposition se lit comme une BD… mais cer­taines petites bulles pétil­lent plus que d’autres sans qu’on s’en aperçoive.

“Le spec­ta­cle de la beauté qui s’incarnedans un être vivant est infin­i­ment plus émou­vant que celui de l’oeuvre la plus grandiose” – Michel Henry

C’est le cas lorsqu’il nous emmène à Cen­tral Park. Il renoue avec le street-​art, ce tra­vail à même le sol et les murs qu’il a opéré, à ses débuts, sur les trot­toirs de Paris et de Brighton… La pluie lui aura fait sou­vent com­pren­dre ce qu’était le côté éphémère d’une oeu­vre. Il explique ceci joli­ment dans “Dreams are pre­rog­a­tiveof the poor”. Il se met en scène devant le Guggen­heim, ten­tant de décrocher quelques pièces en ven­dant des oeu­vres. “Nanou”, son âme soeur, sa com­pagne, l’encourage alors à vivre ses rêves pour un jour, peut-​être, lui aussi faire son entrée dans les grands musées. Aujourd’hui c’est chose faite, une carte blanche au musée Matisse ça ouvre for­cé­ment le champ des possibles…

22.000 C’est le nom­bre d’entrées, pour l’instant, au musée le temps de l’exposition

QUES­TIONS A…
ALAIN GODON, ARTISTEPEINTRE

“J’ai l’impression d’avoir eu mon bac avec mention”

L’exposition touche à sa fin, on va bien­tôt la décrocher, que va-​t-​elle advenir ?

Rien ! C’est une expo­si­tion que j’ai pen­sée sur mesure pour le musée Matisse parce qu’elle est en lien avec les lieux. C’est le côté éphémère de l’art… Ce que je peux dire en revanche c’est que j’ai adoré tra­vailler à nou­veau avec Patrice Deparpe, il a vrai­ment été à l’écoute, il a su aussi me recadrer, on est vrai­ment sur la même longueur d’ondes.

Il y a eu énor­mé­ment de monde, tous sont dithyra­m­biques, les plus grands cri­tiques com­pris, com­ment vous vivez ça ?

C’est vrai c’est un peu fou. J’ai eu de très beaux papiers, fait de belles ren­con­tres, l’adjoint du musée du Lou­vre s’est déplacé, j’ai même été applaudi par un groupe de cri­tiques d’art, je n’en reve­nais pas. Entrer au musée Matisse c’est comme si j’avais eu mon brevet des col­lèges mais recevoir l’assentiment et les félic­i­ta­tions de la famille

Est-​ce que ça change quelque chose dans votre carrière ?

C’est trop tôt pour le dire­mais ça met for­cé­ment mon tra­vail en lumière. Je fais par­tie de ces pein­tres qui tirent leur épin­gle du jeu grâce à inter­net. Je ne suis pas un pein­tre à la mode, je suis mon chemin c’est tout ! Je n’ai pas envie de changer en tout cas, je n’ai pas envie que des gens s’interrogent pen­dant des heures devant une de mes toiles pour trou­ver un mes­sage caché. Moi j’emploie des codes que tout le monde con­naît. Je suis un marc­hand de couleurs, les musées sont comme des mag­a­sins de bon­bons et j’espère juste con­tin­uer à offrir du bon­heur aux gens !

D’autres expos sont prévues ?

Oui en avril au Tou­quet, à la galerie Milani (le vernissage aura lieu le 14 avril) et les 7 et 8 décem­bre à la galerie Markow­icz Fine Art à Miami. Je reviens avec des nouveautés !

Pro­pos recueil­lis par Kath­leen MENEGHINI

Autres arti­cles…

  • Alain Godon  chargé de l'illustration
    Jan­vier 2015
  • Alain Godon artiste français à Miami Beach
    Février 2015
  • Alain Godon et son tour du monde en 80 tableaux
    Février 2015
  • ALAIN GODON’S MIAMI EXHIBIT
    Mars 2015
  • Alain Godon présente une série de sculptures et de tableaux
    Février 2015
  • Alain Godon, poète moderne
    Février 2015
  • Barnes Art Exhibit
    Jan­vier 2015
  • Faites le tour du monde avec  Alain Godon
    Février 2015
  • Alain Godon Exhibition
    Mai 2015
  • GODON AROUND THE WORLD
    Mars 2015
  • Guide, art incontournable
    Février 2015
  • Front de mer touquettois totalement inédit
    Juil­let 2016
  • Alain Godon
    Sep­tem­bre 2015
  • Le monde est son terrain de jeu
    Jan­vier 2015
  • Le Monde vu par Alain Godon
    Février 2015
  • Le tour du monde en 80 œuvres
    Février 2015
  • Around the World in Eighty Works
    Février 2015
  • Alain Godon insolite
    Novem­bre 2015